L’ARCEP autorise à SFR le refarming des bandes 2.1 GHz pour la 4G

Même si SFR est l’opérateur qui déploie le plus de site en 4G, celui-ci a la volonté de continuer à évoluer notamment dans les zones denses. C’est pour cela que l’opérateur au carré rouge a fait une demande au gendarme des télécoms (l’ARCEP) en mai 2017 afin de transformer ses bandes de réseau 3G en bandes de réseau 4G. Ce qui a été accepté le mois suivant.

Une solution de rapidité

Habituellement utilisées pour la 3G, les bandes 2.1 GHz ont été attribuées pour la première fois en 2001 et vont trouver une nouvelle utilité dans les semaines à venir. Le choix de la transformation et non de la construction de bandes est un choix peu pratiqué. Déjà utilisée pour la première fois en mai 2016 par Bouygues Telecom, cette solution avait permis de transformer les bandes de 2G en 1800 MHz.

Ce « refarming » va permettre de densifier rapidement son réseau 4G pour arriver à toucher 32 agglomérations fin 2017 contre 14 actuellement. C’est ainsi le double des agglomérations qui pourront bénéficier de la 4G d’SFR d’ici la fin de l’année.

L’élargissement de la 4G d’SFR dans les zones denses

En faisant cette demande SFR confirme sa volonté de continuer à déployer son réseau 4G en France. Déjà leader sur les zones rurales pour ce réseau, il veut agrandir l’écart avec ses concurrents en couvrant plus largement les zones denses.

Une solution qui facilité le futur de l’opérateur

SFR a une vision sur le long terme car ce refarming va faciliter la mise en place des débits promis pour les années à venir. Cette transformation représente pour SFR le premier pas pour réaliser ses objectifs d’ici fin 2019. En effet à la fin de l’année prochaine l’opérateur fera bénéficier d’un débit de 500Mb/s et par la suite son projet est de passer sur 5 fréquences au lieu de 3 pour faire bénéficier d’un débit d’1Gb/s. Ces actions seront les dernières avant la mise en place de solutions 5G en 2020.

Laisser un commentaire